Qui sommes-nous ?

Enseignant-chercheur
Coordonnateur AgroParisTech du Master Européen Sutrofor
Téléphone: (+33) (0)467 047 126
Courriel : raphael.manlay (at) agroparistech.fr

Formation

  • Ingénieur agronome de l'INA-PG
  • Ingénieur du Génie Rural, des Eaux et Forêts
  • Master en écologie de l'Université d'Aix-Marseille
  • Docteur de l'Ecole Nationale du Génie Rural, des Eaux et Forêts (ENGREF) en Sciences de l'Environnement

Fonctions actuelles

Parcours professionnel

  • 2002-2003 : chargé de recherche à l'Institut de Recherche pour le Développement (IRD), unité de recherche Séquestration du carbone dans les sols tropicaux (SeqC) Montpellier, France
  • 2001-2002 : chargé de recherche à l'INRAe (ex Cemagref), unité de recherche Forêt méditerranéenne, Aix en Provence, France
  • 1994-2001 : IRD, programme Jachère (Dakar, Sénégal) et ENGREF (Montpellier, France)

Domaines d'intérêt

  • Fonctionnement du cycle du carbone dans les écosystèmes tropicaux (articulation entre problématiques agroécologique locale et environnementale globale)
  • Agroécologie des zones tropicales: compréhension des pratiques existantes et identification de pratiques innovantes (dont bois raméal fragmenté et biochar)

Activités de recherche

Ma recherche s’intéresse au fonctionnement des agroécosystèmes tropicaux, compris comme des objets hybrides produits des interactions Homme-Nature et de ce fait abordés de façon interdisciplinaire avec une primauté de l’écologie fonctionnelle. Ces objets possèdent des caractéristiques originales :
  • d’un point de vue biogéochimique, leur cycle du carbone, par exemple, est caractérisé par des ratios flux:stock les plus élevés des agroécosystèmes, liés à l’exubérance biologique et à l’ampleur de l’« abrasion » du milieu (eau, vent, feu)
  • d’un point de vue social ces agroécosystèmes sont le socle d’une agriculture familiale encore fortement autarcique, car dépendante, mais aussi familière, des processus biogéochimiques endogènes.
Le carbone y est une ressource, à la fois constituant de biens produits, et moyen de production. Il joue une multitude de rôles statiques et dynamiques en fonction des combinaisons possibles entre états fonctionnels (stock vs. flux) et formes chimiques qu’il peut prendre. Son statut (stock et flux) peut être un indicateur de viabilité de l’écosystème, de l’exploitation agricole ou du territoire. Une première demande sociétale, d’ordre agroécologique et d’émanation locale, est l’identification de stratégies de gestion permettant de lutter contre la raréfaction de cette ressource et d’augmenter les services de fourniture (productions agro-sylvo-pastorales) et de support locaux (conservation des nutriments et de la biodiversité, atténuation des effets de la variabilité climatique). Une autre demande sociétale, de nature environnementale et globale, est l’évaluation du bilan en gaz à effet de serre de ces agroécosystèmes afin d’évaluer leur contribution à la modification de la composition chimique atmosphérique et au réchauffement climatique.
Ma recherche vise à évaluer des pratiques agroécologiques (surtout existantes) afin de répondre à ces deux types demandes. Elle m’amène à :
  • produire des modèles de prédiction du stockage en carbone dans le sol et dans la plante en fonction des caractéristiques environnementales et humaines de l’écosystème, basés sur des mesures en station et en milieu paysan
  • analyser des mécanismes d’allocation/dissipation du carbone dans certains compartiments (sol, racines) ou entre exploitations agricoles
  • construire des outils d’évaluation de certains termes du cycle du carbone à l’échelle individuelle (modèles allométriques), du territoire (simulateur individu-centré et spatialisé) ou du pays (évaluation multicritère et spatialisée)
  • proposer une approche renouvelée de la contribution de l’agriculture familiale à l’atténuation du changement climatique.

Thèmes de recherche

  • Agroécologie et foresterie tropicales
  • Durabilité des systèmes agricoles et enjeux liés au changement climatique dans les tropiques
  • Évaluation et modélisation du bilan carbone de l'écosystème au paysage
  • Évaluation des projets de séquestration du carbone dans la foresterie et l'agriculture

Localisation des activités de recherche

  • Activité principale à Montpellier (base-arrière)
  • Appuis prioritaires au Burkina-Faso et Sénégal et secondaires à autres situations

Partenariat

Je suis chercheur associé à l'Unité Mixte de Recherche Cirad-IRD-INRAe-Montpellier Supagro Écologie fonctionnelle et biogéochimie des sols et des agro-systèmes (Eco&Sols).

Publications


UFR G-ENV — AgroParisTech

Montpellier campus
648 rue Jean-François Breton
BP 44494
34093 Montpellier Cedex 5
France